la Croatie dit «oui» ŕ l’Union européenne

Un tímido “sí” a la UE

Novi List, 23-I-12, presseurop

El 22 de enero, los croatas votaron a favor de la ratificación del tratado de adhesión a la Unión. Un gran avance para el país y un suspiro de alivio para Bruselas, aunque, según señala la prensa croata, el récord en el índice abstención es motivo de preocupación.

 

Le Courrier des Balkans

La Croatie dit «oui» à l’Union européenne

De notre envoyé spécial à Zagreb
Mise en ligne : dimanche 22 janvier 2012
Les résultats sont sans appel : 66,26% des électeurs croates ont voté « oui » à l’intégration de leur pays à l’Union européenne. Une seule ombre au tableau : la participation a été particulièrement faible. Seuls 43,67% des électeurs se sont rendus aux urnes. La Croatie deviendra, le 1er juillet 2013, le 28e membre de l’Union européenne.

Le oui l’emporte donc très largement selon les premiers résultats quasiment définitifs - au-delà de ce que laissaient attendre les sondages les plus optimistes.


Retrouvez notre dossier :
La Croatie, 28e membre de l’Union européenne : oui ou non ?


Cependant, la participation a été nettement plus faible que lors de tous les derniers scrutins, tant présidentiels que législatifs. Elle s’élève finalement à 42,5% des inscrits. C’est le taux le plus faible jamais enregistré dans un pays s’apprêtant à rejoindre l’UE. Le Premier ministre Zoran Milanovic a reconnu sa « surprise » face à cette faible participation.

Les taux de participation varient beaucoup d’une région. C’est à Zagreb qu’il sont les plus élevés, et dans les županije les plus réservées à l’égard de l’intégration qu’il est le plus bas. Il semble que beaucoup d’électeurs eurosceptiques ont finalement choisi de s’abstenir, estimant probablement que « les jeux étaient déjà faits ». Toutefois, le « non » dépasse la barre des 40% dans les deux županije de Split et de Dubrovnik. Des scores record de « non » sont même enregistrés dans les îles, comme à Hvar, Brač ou Vis : à Komiža, le « non » plafonne à 48%.

À l’inverse, c’est la région du Međimurje, dans le nord-ouest du pays, qui s’est montré la plus europhile, avec 77% de « oui ».