´Estonie: Les habitants sont réticents à l’extension du Fonds européen de stabilité financière´, Céline Bayou

Estonie: Les habitants sont réticents à l’extension du Fonds européen de stabilité financière (FESF)

 

Par Céline Bayou (sources : Postimees, Telegraf)

Un sondage réalisé auprès de 998 personnes réparties dans le pays montre que 58% des habitants de l’Estonie ne soutiennent pas l’idée d’une participation du pays au Fonds européen de stabilité financière (FESF). 28% seulement y sont favorables. En la matière, les avis des Estoniens de souche et des représentants des minorités coïncident (ils sont contre l’extension du FESF respectivement à 57 et 59%).

Commanditée par l’eurosceptique Anti Poolamets et réalisée par l’institut de sondages Turu-uuringute AS, cette enquête prouve, selon son initiateur, que le Parlement estonien a eu tort de voter en faveur de la participation du pays au Fonds et qu’il l’a fait de manière prématurée, sans prendre le temps d’en mesurer les conséquences.

Le 29 septembre, l’Estonie, dernier pays en date à être entré dans la zone euro (janvier 2011), a approuvé à une large majorité de son Parlement l’élargissement du fonds de secours de la zone euro: 58 députés ont voté pour et 18 contre. L’Estonie a donc été le 13e pays à soutenir cet élargissement de l’enveloppe et des compétences du FESF, afin à la fois de recapitaliser les banques européennes et de venir en aide aux pays de la zone euro en difficulté. Blocage slovaque mis à part, la contribution de l’Estonie au Fonds devrait s’élever à 1,995 milliard d’euros.

A.Poolamets a dénoncé à cette occasion les pressions exercées par l’Union européenne sur la Slovaquie qui, seul des 17 pays membres de la zone euro à adopter cette posture, vient de refuser d’approuver cette extension du FESF.

Dépêche publiée le 13/10/2011